Session JPIC Calavi 2017

Session JPIC Calavi 2017

En 12 jours (du lundi 17 au vendredi 28) des agents de JPIC (prêtres, religieuses et laïcs) en provenance du Mali (2), Burkina Faso (2), Benin (11), Togo (5), Ghana (1), Côte d’Ivoire (1) et du Liberia (1) ont répondu oui à une session de renforcement de capacités en édification de la JPIC à Calavi, au Bénin.  

Conscient de la nécessité de travailler en groupe pour la justice, la paix et l’intégrité de l’environnement, la première session a porté sur la Dynamique de Groupe, ou les participants ont appris les facteurs de succès d’un groupe de travail.

Les participants se sont ensuite, imprégner de la réalité du phénomène des enfants dits sorciers avec les efforts de sensibilisation qui sont faits avec l’ONG Franciscain Benin.  

Avec le père Goudjo ce fut le parcouru de l’essentiel de la Doctrine Sociale de l’Eglise qui est au service de Développement Humain Intégral et qui invite à un exister évangélique pour la promotion du bien commun. L’analyse du contenu de Africae Munus et Laudato Si, qui appellent à un engagement concret pour le bien commun a conduit à aborder Evangelii Gaudium, où les participants ont réfléchit sur la Rencontre avec le Christ et l’envoi en Mission.

Cela aurait renforcé le désir d’agir. C’est ainsi que la présentation du Cercle Pastoral comme outil pratique d’action, qui est en effet un développement du VJA (voir-Juger-Agir) a suivit.

Avec cette méthode, les participants ont réfléchi avec synergie paysanne sur leurs activités concrètes de défense des droits des paysans à travers la sensibilisation et le plaidoyer ; sur une agriculture qui est sensible à l’intégrité de la création, qui fut complétée par une présentation sur l’agro écologie. En plus, une présentation sur le phénomène d’accaparement des terres a levé le voile sur certaines injustices qui invitent à l’action.

Puisqu’il ne peut avoir de développement intégral sans paix, avec le Réseau Shalom de Transformation de Conflit et de Réconciliation (Rest-Cor) les participants ont renforcé leurs capacités en processus de construction de la Paix.

La première semaine a fermé ses portes avec un Jour de désert qui a favorisée l’intégration des enseignements de la semaine et la planification d’actions à la lumière de notre foi.  

La deuxième semaine a commencé avec une visite du musée de Ouidah et le parcours méditatif du chemin des esclaves qui nous conduit à la porte du non retour et nous sommes revenus par la porte de la vie, prêts pour l’œuvre de transformation positive de nos sociétés.

C’est avec ce zèle que participants et animateurs se sont penchés avec Mrs. Julien et Fidèle, le jour suivant sur les droits Humains et l’engagement Politique qui consiste à traduire les droits dans les engagements. Qui parle de droit de l’homme n’oubli pas les droits de son environnement. Ainsi, avec Mme. Diane, nous avons pris conscience des maux qui menace l’environnement, afin de planifier des actions concrètes de sa sauvegarde. Cette réflexion a continué avec Abbé Colbert sur Laudato Si ou l’appel à la cohérence d’une écologie intégrale qui invite à adopter une attitude, un style de vie et une spiritualité qui protègent notre maison commune. Après avoir retenu l’urgence éducative environnementale et la spiritualité environnementale, nous sommes partis à Porto-Novo, pour boira à la source du Projet Songhai.

Conscient que toutes ces activités doivent être conduites de manière à consolider la cohésion sociale, les participants ont renforcé leurs compétences avec le Père Michel Savadogo en transformation de conflit, où ils se sont appropriés les implications de la Transformation d’un conflit ; les niveaux de Transformation d’un conflit ; et la planification d’activités aux niveaux pertinents pour transformer un conflit local.

Cela a été suivi du renforcement de compétences en processus de réconciliation. A ce niveau, les acteurs JPIC ont appris le modèle de réconciliation de Lederach ; identifié les étapes du processus de réconciliation avec les activités de chaque étape ; identifié les acteurs impliqués dans le processus ; élaboré un plan d’action pour soutenir le processus de réconciliation dans leurs contextes locaux.

La session de clôture de l’édification de la paix a portée sur la non violence et à l’action non violente. Les acteurs JPIC ont appris ce qu’est la non violence et l’action non violente. Ils ont également constaté l’efficacité des actions non-violentes par rapport aux actions violentes ; cité quelques modes d’action non-violente ; identifié le meilleur moment pour initier une action non-violente ; identifié des facteurs de réussite d’un mouvement non-violent ; cité également les théories et types de pouvoir et exprimé la relation entre action non violente et transformation de conflit.  

L’entretien avec Mr Félicien sur le phénomène d’enfants vidomegon, mécanisme traditionnel d’éducation, qui s’est transformé en traite d’enfants au Bénin a ajouter du pain sur la planche des participants. Le partage des initiatives d’action sur le terrain nous a ouvert des pistes d’actions.  

Les sessions de l’atelier ont pris fin avec un entretien avec le Père François de Paul sur l’activité de l’agent JPIC qui est transversale et doit être organisée en réseau, dans la prière et l’action pour transformer positivement le monde. Après le partage d’expériences pratiques au Liberia, au Togo et au Burkina, les participants regroupés par pays de mission ont essayé de proposer des actions concrètes pour ne pas laisser dormir les compétences acquises.

P. Michel Savadogo, SMA

Directeur exécutif Rest-Cor

Date

31 juillet 2017

Tags

Formations